Depuis Hardy, je fais une version i386 (32bits) et une version amd64 (64bits) du pack RTU. Les téléchargements de la version 64 représentaient environ 10% de la version 32, soit 300 DL contre 3000 DL. Le 64 s'est un peu démocratisé suite à la libération de java notamment. Bien que flash64 existe depuis 1 an (prerelease), c'est le plugin 32 qui est installé via les dépôts, j'ai donc fait un deb de flash64 récemment. Car mis à part pour certains jeux ou programmes propriétaires, vous pouvez préférer le 64 bits.

Tous les ordinateurs le supportent depuis au moins 3 ans. Le gain n'est pas flagrant, mais un article phoronix montre qu'il n'y a rien à perdre. De toute façon, on peut installer des librairies 32 bits dans un système 64 bits, mais c'est vrai que debian ne prévoit pas d'outil pour cela. Il existe le fameux ia32-libs, mais qui parfois est incomplet. On pourra alors utiliser le script getlibs par exemple. Disons que dans les cas particuliers, ce sera souvent plus simple en 32. Mais pour le reste, laissez vous tenter :)

Revenons à RTU. Vu que les 2 versions partagaient les mêmes scripts et certains paquets, notamment les paquets de langue, j'ai eu envie de fusionner les 2. Bien sûr, il reste un bon nombre de paquets i386 et amd64, qui restent séparés, la détection de l'arch est alors faite par rtu. Mais la plupart des deb _all sont présents une seule fois, et la maintenance des scripts est facilitée! Niveau taille, on passe de 85 mo (total 2 versions) à 72 mo, ce qui est honnête. Pour l'utilisateur, cela apporte quelques avantages: un seul fichier, universel, plus simple à diffuser. une seule date de sortie, quelquesoit l'arch utilisée.

Un petit lot de nouveautés, et pas des moindres, apparait dans cette version finale. Tout d'abord, les réglages sont maintenant installables dans le squelette, afin que les utilisateurs créés ensuite aient directement les settings, sans relancer rtu. Le layout a légèrement changé, imagemagick se retrouve dans media, en toute logique. Et le plus intéressant est l'option sensors. Elle ne fut pas simple à implémenter, car l'installation de hddtemp nécessite une configuration debconf. Quand on installe le paquet manuellement, une question s'affiche (voulez vous lancer le démon au démarrage), et il suffit de répondre. Mais dans un script tel que dans RTU, un problème se pose: même si on lance dans un terminal, on n'a pas le focus pour répondre.

Une première solution était alors d'utiliser dpkg-preconfigure, avec le frontend gnome, ainsi une fenetre s'affiche, posant la question à l'utilisateur. Mais sur cette fenêtre, il y a... un bouton annuler! Manuellement, cela n'est pas gênant, car si on fait annuler, la question sera reposée. Mais dans RTU, cela conduirait à un blocage du script, et... au cassage du système dpkg: ce comportement était trop risqué. Alors il fallait étudier la question. L'option "évidente" au premier abord est d'utiliser le frontend noninteractive, qui ne pose pas la question (ou encore la priorité critical). Mais certes, la question n'est pas posée au preconfigure, mais elle est quand même posée à l'install du paquet! Voyons voir:

Les valeurs de conf sont enregistrées dans /var/cache/debconf/config.dat. On constate alors qu'une fois la question répondue, un Flag Seen est activé. C'est donc là que j'ai découvert l'option permettant le noninteractive seen, et le tour est joué!

Voilà comment une chose qui parait simple peut en fait être complexe :)

RTU évolue donc:

  • 1 seule version 32-64bits : 72 Mo
  • Settings pour les nouveaux utilisateurs (squelette)
  • sensors-applet avec configuration

Enjoy!

Lien vers l'article RC1

DOWNLOAD FINAL