Ce système est quand même un bel incapable: quand je clic il se passe rarement quelquechose, j'ai eu "le gestionnaire des tâches ne répond pas"... s'il ne répond pas je ne vois pas comment gérer les autres tâches qui ne répondent pas non plus, le réseau ne fonctionne pas car il a rencontré une erreur, aucun réseau wifi détecté, 640 à 870 mo de ram utilisé pour ne rien faire... J'ai pourtant redémarré, l'arrêt de la machine est long, mais bref, ça ne marche pas mieux ensuite. A quoi peut bien servir un tel système? Pour info, la machine est neuve et fonctionne parfaitement sous GNU/Linux.

Certains diront que XP est préférable, c'est sûrement vrai pour ceux qui ont besoin de windows mais restons dans la politique Micro$oft qui est de pousser à l'update, et considérons les nouveaux utilisateurs. On me dira alors que Seven est disponible. Et bien la logique reste la même, rassurez vous.

Comparons donc la majorité des utilisateurs de windows à des fumeurs. Ils ont testé windows et y ont pris goût assez rapidement. Ils fument depuis longtemps. Mais ils ne pensaient pas que cela puisse être néfaste, d'ailleurs windows est présent partout, pourquoi s'en méfier (on donnait bien des cigarettes à l'armée). Maintenant, on sait que c'est pas bon (saymal) de fumer, mais de nouvelles cigarettes existent, et elles sont légères, et devraient être moins nocives. Alors on continue d'utiliser son système auquel on est bien habitué. Quelques symptômes apparaissent parfois, on tousse ou bien on ne peut plus courir si longtemps. Ce n'est pas grave, il faut bien mourir un jour, donc autant continuer et prendre des risques, la médecine trouvera bien quelquechose pour nous, bien que tout le monde cotise pour la santé.

Alors parfois, on est tenté d'arrêter de fumer. Arg, c'est dur, après un ou deux tests de linux, le réflexe revient, et on remet la cigarette à la bouche. Certains, plus téméraires vont réussir le pari, tout en gardant une cartouche cachée dans un coin, mais qu'importe. Rapidement, les premiers symptômes vont apparaitre. Le stress, le besoin d'aller vite sans réfléchir, et paf on y pense: quand je fumais tout aller bien...

Celui qui fera l'effort d'arrêter de fumer, en luttant beaucoup les premiers jours, aura une idée en tête: fumer n'est pas la meilleure chose qui me soit arrivé, et bientôt j'aurai une vie meilleure. Et il l'appréciera encore plus que d'autres, car il a connu les méfaits de la cigarette. Mais ceux là sont rares à y arriver seuls. Ils font appel à leur médecin, et souvent il ont besoin d'un conseil. Heureusement, internet est une médecine moderne, et en s'exprimant clairement beaucoup de gens vous accompagnent. Il y a aussi les médecins spécialisés, mais ces derniers ne sont pas toujours les meilleurs: s'ils font le choix à votre place, vous serez alors moins motivé. Ce n'est pas en faisant des consultations le week end qu'ils vont forcément vous aider, car après vous avoir injecté quelques patchs (dont vous ne savez pas mesurer la qualité), vous risquez d'être soulagé pendant quelques heures, pensant que ce patch est normal. Une fois le médecin parti, vous aller vous sentir envahi d'une envie de fumer...

Ceux qui ont arrêté de fumer ou qui n'ont jamais fumé de leur vie sont souvent heureux, mais ils considèrent souvent les fumeurs comme des gens irresponsables. Alors ils ne compatissent pas toujours, car trop de fumeurs voient la médecine comme une chose gratuite et normale; erreur, se soigner est un combat pour lequel il faut de la volonté et du courage. Les fumeurs ont parfois du mal à reconnaitre le bon choix des non fumeurs. Et un fumeur en contamine souvent plus d'un. Attendez que l'un d'eux souffre, un jour ils vous tendront la main. Tux sera alors le médecin qui administre des pilules: vous prenez la bleue ou la rouge?

Merci à JMA pour m'avoir suggéré cette métaphore.